Arbol de Fuego, vers l’Autosuffisance Energétique

Arbol de Fuego Eco-Hotel Salvador

Bienvenue au Salvador ! Profitez bien de cette petite escale salvadorienne… elle n’aura duré qu’une semaine, demain je repars déjà : direction le Honduras. Ce fut donc un court séjour, mais j’y ai rencontré l’hôtel qui est considéré par le Ministère du Tourisme du pays comme le plus bel exemple en terme de Développement Durable. C’est donc court, mais intense, et ça se passe ci-dessous avec l’éco-hôtel Arbol de Fuego!

Une histoire de femmes

Carolina Arbol de FuegoAprès l’Eco-Hotel Mayan Secret au Mexique, une seconde success story de création d’entreprise par deux femmes, cette fois-ci salvadoriennes. Je vous transporte à mes côtés au cœur de la capitale du Salvador, dans un petit quartier tranquille de cette grande ville. Et quand je dis tranquille, outre le côté sécuritaire, je parle ici aussi de l’ambiance zen et verte de ce petit oasis tropical.

En 2001, la maman de Carolina ouvre un salon de thé, où s’organisent aussi de nombreux évènements: baby-shower, anniversaires, enterrements de vie de jeune fille… Et puis, la maman de Carolina suit des formations de gestion en hôtellerie / restauration, et tisse ainsi un réseau de gérants de petits hôtels dans la capitale. Cela l’inspire… et d’autant plus que son salon de thé est situé juste à côté de l’Université BUCA qui a besoin régulièrement d’héberger des professeurs ou des intervenants professionnels. C’est ainsi que, avec le coup de pouce de la maman de la maman de Carolina (la mamie donc !) qui lui cède le terrain à côté du salon de thé et de la maison, que les chambres d’hôte « Arbol de Fuego » naissent, avec au départ 5 chambres.

Arbol de Fuego, c’est le nom en espagnol des « flamboyants », ces grands arbres aux fleurs rouge-orangers. Et c’est bien un flamboyant qui vous accueille à l’entrée de l’hôtel. Depuis le début de l’aventure, la famille de Carolina a pour importante valeur celle du respect de la nature. Une valeur qui va donner forme au concept (vraiment) très « éco » de ce petit hôtel de 16 chambres.

Un bilan énergétique pour surmonter la crise

Arbol de Fuego LobbyEn 2008, la crise économique n’épargne pas le Salvador. De plus, l’hôtel fait face à une consommation énergétique qui monte en flèche. C’est alors que l’Agence pour le Développement International Américaine (USAID) accompagnée par l’ONG locale BUN-CA vient à la rescousse de l’hôtel (géré à présent par Carolina). Ils proposent leur expertise pour réaliser un audit complet et pointu de l’efficience énergétique de l’établissement.

L’équipe met en place 18 des 20 recommandations dans les 9 mois qui suivent, et les résultats sont impressionnants: la consommation en électricité diminue de 38%, et la facture de 60%. Et cela n’est qu’un début. Arbol de Fuego continue sur cette lancée et met en place de nombreuses mesures innovantes. L’hôtel est pionnier dans le pays et remporte plusieurs prix. Carolina est invitée par le Ministère a témoigner de l’expérience, suit des séminaires en tourisme durable à travers le continent.

L’hôtel vient tout juste de remporter un prix de $30.000 USD pour mettre en place un deuxième projet : changement des climatiseurs, toit végétal, meilleur isolation au « durapax ». Aujourd’hui, cet hôtel de 16 chambres consomme autant d’énergie qu’une famille salvadorienne de 6 personnes ! Et une fois la phase de diminution au maximum des consommations énergétiques aboutie, l’hôtel va passer à la phase de production énergétique pour essayer d’atteindre l’autosuffisance énergétique. Grâce à cette politique d’efficience énergétique, Arbol de Fuego n’aura licencié personne malgré la crise, et puis cela est aussi un magnifique outil marketing qui permet de faire connaître l’hôtel à travers une publicité… gratuite !

Je vous invite à retrouver sur Hopineo.org la liste complète de toutes les belles pratiques environnementales de l’éco-hôtel Arbol de Fuego.

Un séjour très studieux pour Melle Florie

Arbol de Fuego Eco-Hotel Staff 1Pas de chance : lorsque j’arrive lundi, Carolina vient de filer à l’hôpital pour un problème de santé. Heureusement rien de trop grave, mais elle ne sortira de l’hôpital que jeudi après-midi. Du coup, je profite d’une bonne connexion Internet (qui fonctionne même sur la terrasse !) pour me pencher sur les dossiers expliquant en détails les pratiques environnementales de l’hôtel. A mon grand plaisir, j’apprends pleins de choses ! Et puis j’en profite aussi pour écrire des articles pour le blog reprenant des problématiques marketing que je rencontre à chaque fois dans les hôtels. Ces articles pourront servir à Arbol de Fuego, mais aussi à tous les hôtels où je suis déjà passée et hôtels à venir :

Et puis le soir, je vais dîner avec trois américains qui séjournent aussi à l’hôtel et qui travaillent pour une ONG (TechnoServe) travaillant à la recherche de solutions à la très forte baisse de production de café du pays.

Salvador Trio Photos

Je pars déjà demain du Salvador, direction le Honduras. Je vais retrouver un super copain : Santi est argentin et était mon coloc à Barcelone. Il est à Tegucigalpa (la capitale du Honduras) pour deux semaines pour son travail. Du coup, il me réceptionne demain soir à son hôtel (l’Intercontinental !), et au programme : week-end avec chauffeur pour partir à la découverte des environs. Pas mal, non !?! Je rejoindrai ensuite la Casa Xochicalco pour une nouvelle mission hôtel lundi.

Mon séjour au Salvador aura été très bref… et je n’aurai pas vu grand-chose du pays. J’ai tout de même fait une escale de 3 jours dans la petite ville de Santa Ana (entre le Guatemala et San Salvador), grimpé en haut de son volcan (toujours en activité !) et goûté aux spécialités gastronomiques de son marché local (des « pupusas » sous toutes leurs formes). Toutes les photos ici.

On entend souvent dire que le Salvador est le pays le plus dangereux d’Amérique Centrale (avec le Honduras). J’y ai pris le bus public et me suis promenée (accompagnée) dans les rues du centre de ville de Santa Ana et de San Salvador le soir… et je ne me suis jamais sentie en danger. Bien sûr, mon séjour était très court, et je suis surtout restée à l’hôtel ou l’auberge de jeunesse. Mais quand je parle avec les gens, ils me disent que : oui, il y a des crimes, des guerres de gangs, mais les touristes qui ne s’aventurent pas hors des sentiers battus n’ont jamais de problèmes. Le Salvador est un pays avec de magnifiques plages pour les surfeurs (je n’y suis pas allée, mais elles sont très réputées, comme celle du Tunco), et de nombreux parcs naturels avec une faune et une flore incroyable. Donc si vous avez envie de tenter l’expérience, n’hésitez pas, et contactez par exemple Raul de Live Experiences, vous ne serez pas déçu(e)(s) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *